Un jour, j’irai en Patagonie avec toi !

L’inaccessible Patagonie

Il était écrit depuis longtemps que Roxane et moi irions en Argentine (et au Chili) mais surtout en Patagonie. Depuis toujours, cette terre nous fait rêver, nous intrigue, à la fois par ses paysages, son climat, son inaccessibilité mais aussi par les traces du passé depuis que ces nomades d’un autre temps, venus d’autres continents, sont venus s’installer sur des terres tellement hostiles à nous, les hommes.

Depuis quelques semaines nous sommes en fait déjà en Patagonie, du côté chilien d’abord, ensuite argentin avec les passages vers El Calafate et El Chalten, dont nous vous avons déjà relaté nos aventures dans les magnifiques parcs nationaux (Voir articles précédents).

La Route 40

Maintenant, nous nous attaquons à une autre partie: la mythique Ruta 40. Combien d’entre-vous en ont déjà entendu parler? Cette route traverse le pays du nord au sud depuis la frontière bolivienne jusqu’à l’extrême sud de la Patagonie. C’est la route la plus longue du pays. Actuellement ce trajet mythique a été promu comme produit touristique national. La route fait plus de 5 100km, commençant en Patagonie au niveau de la mer, traversant 20 parcs nationaux, 18 cours d’eau importants, elle relie 27 cols andins et monte jusqu’à un peu plus de 5 000 mètres d’altitude au niveau de la province de Salta. Quand on vous dit mythique…

En ce qui nous concerne, notre parcours se déroulera sur 3 semaines et en 2 étapes puisque nous allons quitter la Route 40 et traverser la Carretera Austral au Chili pour la rejoindre au niveau d’Esquel, en Argentine (Voir prochain article pour l’autre route mythique, au Chili). Nous retrouverons encore la Route 40 fin avril quand nous visiterons la région de Salta.

Vous le constaterez à travers les photos, on peut raconter beaucoup de choses sur cette partie du monde et avoir difficile à les mettre sur papier, tellement cette route est différente des autres. Pour le moment nous l’aurons traversée sur 1200km, vous imaginez….5100km !!!

Hommage aux explorateurs

Vide d’habitants, les seuls courageux à vivre ici sont les descendants d’explorateurs venus au milieu du 19ème Siècle découvrir la région. Nous comprenons difficilement comment on peut s’installer ici et pourtant elle a toujours été peuplée, historiquement depuis les indiens occupant ce territoire jusqu’à leurs ancêtres…en témoignent d’ailleurs les peintures rupestres visibles à plusieurs endroits, ambiance préhistorique donc !

Chaque Estancia (ferme) est ici à minimum 60-80km d’une route vide de toute habitation.  La modernité que nous connaissons chez nous a donc des limites puisqu’ici l’électricité ne fonctionne la plupart du temps que le soir grâce à une turbine alimentée par un groupe électrogène, fonctionnant au diesel…lui même très rarement approvisionné. Les principales occupations des hommes sont le bétail et le bois pour pouvoir se chauffer l’hiver. Le bois vient parfois de loin, ici les arbres sont très rares ! Il n’y a d’ailleurs pas de culture, le bétail broute une steppe bien sèche mais heureusement présente en masse. Mais petit à petit, pourtant, les machines que sont les hommes arrivent à connecter certaines parties de la Patagonie…mais c’est un autre débat sur le comment et le pourquoi !!!

Ici, l’air est sec, les lagunes sont sans eau, les lacs et les rivières ont une couleur magiquement bleue ou verte; les animaux s’y rendent pour boire, parfois loin de l’estancia, nous trouvons les carcasses de ceux qui n’y arrivent probablement pas ou qui sont victimes de leurs prédateurs, la pampa est dure et sévère avec tous ceux qui la peuplent.

Equipés de notre pick-up 4×4, nous filons sur cette route  gravillonnée, le « ripio » comme ils disent ici ! Infiniment droite, elle se confond avec ce ciel patagon comme un décor en 3D. Pendant des heures durant, il n’y a rien et tellement à voir ! C’est ça la Patagonie !

Related Post

The following two tabs change content below.

Pierre Michaux

Travel blogger
Passionné de voyages, je réalise mon rêve à chaque nouvelle destination que je découvre. Les rencontres, la culture, les nouvelles technologies, la musique, sont autant de moteurs qui me "boost" chaque jour! Blogueur-voyageur et expatrié, aujourd'hui je partage avec vous mes expériences de voyages autour du monde à travers mes articles et mes réflexions.