Mystère à Koyasan

Nous continuons notre parcours sur les rails du Japon. Nous avons quitté Fuji pour Nikko, à une heure de Tokyo, que nous visiterons en une journée. Là, au bord de la rivière, nous trouvons avec un peu plus de difficulté l’auberge Turtle Inn, petite guesthouse très sympatique avec onsen (bain d’eau chaude privé) et une chambre numérotée «10 octobre »… le jour de ma naissance, ça ne doit pas arriver à beaucoup de monde ! Nikko regroupe une série de temples et de promenades agréables dans les bois. Il n’y a pas trop de monde et le mot « village » prend tout son sens car finalement en dehors des sites touristiques il n’y a pas grand-chose à faire. C’est aussi le dernier jour pour Amandine que nous reconduirons à l’aéroport le lendemain, snif !

Nous avons beaucoup tergiversé sur la suite de notre parcours et finalement nous avons décidé de prolonger de 10 jours notre voyage au Japon. Notre « Rail Pass » (forfait train) est expiré, les transports sont chers, nous reprendrons l’avion de Osaka, donc direction la deuxième ville du Japon et la région au sud de celle-ci. Nous vous parlerons d’Osaka dans un prochain article.

Au départ, nous avions prévu de passer presque une semaine dans le Kansai et plus particulièrement à Koyasan et Hongu. C’était sans compter sur un typhon qui nous arrivait du sud et qui allait donner de la pluie pendant toute la semaine. Pas de chance, l’environnement montagneux de Hongu, le trek sur les pavés version pèlerinage en suivant les traces ancestrales des moines bouddhistes, on doit faire marche arrière, le temps n’est vraiment pas propice à l’aventure. Nous resterons donc 2 nuits à Koyasan avant de rentrer directement sur Osaka.

Capture d’écran 2013-09-17 à 17.15.32Koyasan est une petite bourgade située à 2h d’Osaka. En pleine montagne, il n’y a pas de train pour y parvenir. Pour monter vers Koyasan, nous prenons un funiculaire assez impressionnant. En effet, le dénivelé sur cinq minutes est de près de 300 mètres, autant dire que ça grimpe! Arrivés au village, il nous faut encore prendre un bus pendant une vingtaine de minutes. Nous logeons à l’auberge « Koyasan Guesthouse Kokuu », un lieu très unique dans le sens où, de l’extérieur, on dirait un garage en tôle. Bonne surprise, nous entrons dans un endroit design décoré tout de blanc avec chambres doubles et capsules. L’atmosphère se révèlera beaucoup plus sympathique que ce qu’on pensait. Excellent déjeuner, excellent curry le soir, accueil digne du pays et très bonne musique puisque notre hôte est un DJ de musique Jazz reconverti !

Une fois installés, nous nous rendons à l’office du tourisme pour se renseigner sur ce qu’il y a à faire et surtout quelques balades puisque nous ne pouvions pas aller plus au sud en raison du temps. Le meilleur arrive…la dame debout derrière son office nous dit en anglais « ooooohhh…yes there are 2 trails in Koyasan, not very difficult…but I would not recommend to walk in the woods….a bear appeared in town lately ! ». Rien que ça !!! On pense tout de suite à un poisson d’avril mais non, il y a bien des affiches en ville avec les conseils adéquats en cas de rencontre avec un ours ! On hallucine…Nous acquiesçons, on demande quand même pour se rassurer les prévisions météo, on nous répond « Typhoon is coming, very rainy and windy », ok merci pour ces fantastiques nouvelles !

Bon, rando dans le sud Kansai, non…rando à Koyasan non plus…ben il reste le village de Koyasan, ses temples, sa rue principale de 3km mais surtout son cimetière. Et cet endroit finalement nous enchantera. Spontanément accompagnés d’un guide local déambulant dans cet endroit intriguant, nous apprenons que le cimetière, en Japonais « l’Okuno-in » regroupe plus de 200000 tombes, les plus anciennes datant de 1000 ans. La région de Koyasan, au centre du Kansai, était en effet un très important lieu de pèlerinage rassemblant un grand nombre de temples bouddhistes. Les familles les plus puissantes de tout le Japon reposent ici, aujourd’hui certaines entreprises japonaises aux noms les plus célèbres ont même érigé un monument en l’honneur de leurs employés disparus. Sur plus de deux kilomètres de pavés recouverts de mousse verdâtre, on se promène tout en écoutant notre guide nous raconter les anecdotes de quelques unes des familles reposant ici. Nous sommes hors du temps, il fait gris, on s’enfonce dans cette forêt recouverte de tombes gigantesques. Devant celles-ci, souvent de petites statues, signe des enfants disparus. Après avoir passé les 3 ponts sacrés, nous arrivons au temple Okuno-in. Un immense bâtiment en bois abrite près de 11000 lanternes, témoins des donations des familles au temple. L’une d’entre elle s’y consume depuis le 11ème siècle sans s’être jamais éteinte. Nous assistons à la préparation d’un repas des moines, une cérémonie qui nous transporte encore une fois plusieurs siècles en arrière.

Le lendemain matin, nous quittons ce village mystérieux sous une pluie battante à laquelle nous avons échappé la veille. Après quelques heures, nous sommes de retour à Osaka dont nous vous parlerons longuement dans notre prochain article.

A bientôt,

Pierre et Roxane

Related Post

The following two tabs change content below.

Pierre Michaux

Travel blogger
Passionné de voyages, je réalise mon rêve à chaque nouvelle destination que je découvre. Les rencontres, la culture, les nouvelles technologies, la musique, sont autant de moteurs qui me "boost" chaque jour! Blogueur-voyageur et expatrié, aujourd'hui je partage avec vous mes expériences de voyages autour du monde à travers mes articles et mes réflexions.