Le temps d’un « UNO » !

Les Belges en nombre

On tourne le dos à Phnom Penh et nous descendons vers Kep, au sud du Cambodge. Nous rejoignons notre ami Belge Mr J. que nous avons quitté 2 jours plus tôt. Mr J. ou Jérôme est en voyage « au long cours » également mais principalement en Asie. Avant de passer au Vietnam, il revient sur une région qu’il a déjà visitée : Kep et Kampot. Nous allons donc passer ces quelques jours à 3, une fois n’est pas coutume. Nous nous laisserons surtout guider puisque notre compère connaît tous les endroits.

Arrivés sur Kep, nous rentrons dans le vif du sujet. Non pas que nous avons beaucoup de choses à faire mais nous passons une après-midi à redécouvrir un jeu de cartes, le UNO. Roxane et moi ne sommes pas de grands amateurs et on se fait donc emmener sur un chemin de non-retour. Une part, deux parts, trois parts…le lunch, le dîner, l’apéro, les bières coulent à flot et sur le coup de 23h nous sommes toujours occupés à battre les cartes. On est piégé, ça nous plaît, impossible d’arrêter ! Enfin, si, l’orage nous coupe dans notre élan, il nous réveillera d’ailleurs une bonne partie de la nuit.

Promenade et seafood

La matinée du lendemain sera consacrée à une balade de 2h30 dans le Parc National de Kep, offrant de superbes vues sur la baie. Il fait une chaleur suffocante, seraient-ce nos toxines qui ont besoin de s’évacuer ? Epuisés, nous décidons de nous diriger vers l’attraction N°1 de Kep, le crabe ! A vélo, nous suivons Mr J. au « Kimly Seafood Restaurant ». Au bord de l’eau, le ventilateur dans le dos, nous dégustons pince par pince, un crabe grillé au poivre de Kampot, le meilleur poivre au monde selon de fins connaisseurs. On ne peut s’empêcher de l’arroser d’un sauvignon blanc chilien, nous sommes repus ! Il est passé 15h, l’heure de retourner à notre auberge et d’emmener la petite sœur de la bouteille de vin que nous n’avions plus bu depuis près de 5 mois. De cartes en cartes, de verres de vins en pintes de bières, on remet ça jusque tard le soir, profitant de remanier les règles pour ajouter du piment à la partie.

La tranquilité de Kampot

Après une bonne nuit, nous quittons alors Kep pour Kampot, à 40 minutes de Tuk-Tuk. La route n’est pas très bonne, notre chauffeur s’arrête un moment au milieu de la route, verdict: crevaison. Heureusement, au Cambodge, il y a toujours un réparateur à 2 pas. J’observe le gamin utiliser ses outils d’un autre temps et mettre une rustine sur la roue de la moto pendant que Roxane et Mr J. sont plongés dans leur lecture. Il fait très lourd, les nuages recouvrent un ciel déjà légèrement brumeux. On se repose l’après-midi, un répit.

Pendant 2 jours et demi, nous allons errer dans la ville, entre les gouttes, à découvrir les terrasses des quelques restaurants et rejoindre nos chambres pour de bonnes siestes, à nouveau entre quelques parties de UNO. Un coup de mou, de fatigue ou simplement le besoin de se laisser aller dans cette petite ville calme et parfaitement hors du temps. Le soir, nous nous désaltérons en s’arrosant de bières à 0,60usd, nous sommes accrocs, Kampot nous a eu !

Il nous faut finalement une meilleure météo pour prendre un scooter et suivre Mr J. vers le Parc National Bokor. Nous grimpons alors les 1000 mètres de dénivelé sur notre 2 roues, la route est sinueuse, le soleil est au rendez-vous. Nous ignorons qu’au sommet nous allons être littéralement éblouis par la beauté de la vue sur la côte sud du Cambodge et même l’île vietnamienne de Phu Quoc. La nature nous offre ce qu’elle a de plus beau, un paysage intact devant une forêt tropicale luxuriante. Le jour suivant, nous continuerons d’explorer les villages environnants établis de l’autre côté de la rivière, avec toujours en fond de toile un superbe panorama sur le Bokor. Des villages de pêcheurs, des rizières qui se confondent avec les salines, les chemins sont boueux. On se pose la question si on continue ou pas, on avance lentement mais prudemment. L’orage s’annonce, on fait demi-tour après 1h30 de route, de peur que le chemin de terre ne soit plus du tout praticable. Avant de rentrer, nous faisons un passage par un très beau temple. Là, nous sommes accueillis par un homme muet qui nous propose de le suivre pour visiter l’endroit. C’est très insolite et pourtant on lui parle, il nous mime, on rit et on apprécie sa compagnie.

On rentre sur la ville de Kampot, le temps l’après-midi de retrouver Mr J. et de battre les cartes une dernière fois. Il fut un peu excessif notre séjour à Kep et Kampot mais on reviendra.

A bientôt,

Pierre et Roxane

Retrouvez ici toutes les meilleures photos sur le Cambodge

Related Post

The following two tabs change content below.

Pierre Michaux

Travel blogger
Passionné de voyages, je réalise mon rêve à chaque nouvelle destination que je découvre. Les rencontres, la culture, les nouvelles technologies, la musique, sont autant de moteurs qui me "boost" chaque jour! Blogueur-voyageur et expatrié, aujourd'hui je partage avec vous mes expériences de voyages autour du monde à travers mes articles et mes réflexions.