Les 4000 îles, un nouveau paradis pour longtemps ?

Un lieu inconnu aux frontières du Cambodge

Qui a déjà entendu parler de cet endroit, les « 4000 Islands » ? Les 4000 Iles au Laos sont un ensemble d’îles situées sur le Mékong, à la frontière avec le Cambodge. Personnellement nous n’avions jamais entendu parler de ce lieu. C’est pourtant une étape charnière pour tous les voyageurs venant soit du Laos soit du Cambodge. Et quand nous disons « tous les voyageurs », comprenez tous les types de voyageurs ! Du routard le plus aguerri au couple en lune de miel ou aux retraités en quête de repos !

En vélo!

Après notre semaine dans les environs du Plateau des Bolaven, nous descendons un peu plus bas au Sud du Laos en prenant un bus pendant 2h30, un trajet court pour une fois! Notre première destination est Don Khong, la plus grande île de cet archipel fluvial. Après une discussion sur le prix de la traversée, normalement comprise dans notre billet de bus, nous rejoignons l’autre rive du fleuve sur 2 pirogues reliées par un plancher et donc réaménagées en ferry. Petite sieste et relaxation sur notre terrasse avec un magnifique point de vue sur le Mékong, ensuite nous rejoignons Serge et Roselyne rencontrés à Tad Lo et Paksé. Le lendemain, nous visiterons l’île à vélo, une belle balade à travers rizières et villages sur un vélo « Lao », mal aux fesses assuré après 37km sur la bécane !

En réalité, peu de voyageurs viennent sur cette île, encore épargnée par le tourisme de masse. Malheureusement de grands projets hôteliers voient le jour en ce moment (pour y accueillir des groupes, principalement des Chinois) et un pont devrait relier l’île par la route dans les prochains mois, ce qui risque de retirer à cette grande île son côté authentique. Faut-il encourager ce développement qui amènera aux familles plus pauvres plus de revenus grâce au tourisme ou au contraire conserver les vies en communauté dans les petits villages ? Si les jeunes les quittent pour la ville ou pour faire du « business », c’est certain, ces petits villages sont voués à disparaître d’ici une ou deux générations. On s’est souvent posé la question et on avoue ne pas avoir tranché, tout un débat !

Entre le bout du monde et le tourisme de masse

Bref, nous continuons notre route et nous repensons à cette même question dès notre arrivée sur Don Khon, à 1h30 de pirogue (à moteur)…oui le tourisme peut tuer toute vie locale mais il peut aussi aider la population. Nous avons vécu sur Don Khon et Don Det 2 expériences bien différentes en les visitant à vélo encore un fois. Sur Don Det et toute la partie est de l’île, du nord au sud, il n’y a plus aucune authenticité, les bars se succèdent aux restaurants et aux guesthouses tenues par des étrangers, tous proposent du « happy food ou happy drink », preuve que les substances hallucinogènes ont encore un bel avenir devant elles dans une région qui bizarrement tolère beaucoup de chose pour le moment. Routards ou vacanciers en manque de fête et d’alcool se retrouvent ici et on se demande pourquoi aller si loin ? On en rencontre qui ont à peine visité le Laos, ils ne valent même pas la peine qu’on parle d’eux. Ce qui est certain, c’est que les grands perdants dans l’histoire ce sont les Laotiens, vidés de leurs terres, vidés de tout le naturel qui fait d’eux des personnes extraordinaires.

D’ailleurs, sur Don Khon, l’île d’en face, on a ressenti quelque chose de différent, une symbiose entre vie locale et tourisme. Dans notre « guesthouse » par exemple (Sunset Paradise), les enfants du coin passaient leur journée à donner un coup de main pour des petites tâches, ensuite Julie, Jo et Cédric leur donnaient des cours de français avant de nager ensemble dans le Mékong ou faire une partie de foot.  Ils expliquent aussi à leurs voisins comment mieux traiter les déchets et ne pas tout jeter dans le Mékong ou tout brûler dans les environs. En parcourant toute l’île, nous avons constaté que les locaux construisaient pas mal de bungalows mais que les lieux conservaient l’esprit « lao ». Ici à part quelques cocktails, des jus de fruits et évidemment une Beer Lao, on mange et on boit normalement, le calme règne sur l’île et nous espérons que ça reste tel quel. Sans doute que le fait de payer une taxe combinant l’accès à l’île et l’entrée aux magnifiques chutes de Li Phi permettra de préserver un afflux trop important de touristes, bien que ce ne sont pas 2,5usd qui feront la différence.

L’avenir des 4000 îles est d’abord entre les mains des Laotiens et du gouvernement qui s’interroge d’ailleurs sur les effets néfastes du tourisme « fêtard » sur l’île de Don Det. Mais l’avenir de ce nouveau paradis est aussi entre nos mains, nous les « touristes », venant du monde entier découvrir ce lieu spécial où le temps pourrait s’arrêter. Ici comme ailleurs, chacun devrait se faire apposer sur son passeport un tampon POUR « le tourisme responsable ».

Retrouvez ici toutes les meilleures photos sur le Laos

Related Post

The following two tabs change content below.

Pierre Michaux

Travel blogger
Passionné de voyages, je réalise mon rêve à chaque nouvelle destination que je découvre. Les rencontres, la culture, les nouvelles technologies, la musique, sont autant de moteurs qui me "boost" chaque jour! Blogueur-voyageur et expatrié, aujourd'hui je partage avec vous mes expériences de voyages autour du monde à travers mes articles et mes réflexions.