Itinéraire d’une semaine au nord du Vietnam

Atterrissage

Rizières_Vietnam_Allonsvoirailleurs.beVendredi, 09h du matin. Nous atterrissons à Hanoi, la capitale du Vietnam. C’est notre deuxième visite dans le pays, 3 ans après nos premiers pas en Asie. C’est ici même que nous avons décidé début 2012 de partir en Tour du Monde (2013). C’est donc avec beaucoup d’émotion et un plaisir intense que nous passons l’immigration et rentrons dans ce magnifique pays qu’est le Vietnam. Ce début de voyage, nous allons le partager en groupe grâce à l’agence Asiatica Voyages. C’est elle qui nous emmène, ensemble avec 8 autres blogueurs français, dans cette région que nous ne connaissons pas encore : le Nord Ouest du Vietnam et ses rizières. Les deux petits Belges sont donc prêts pour neuf jours « au cœur des rizières » et démarrent un itinéraire d’une semaine au nord du Vietnam.

Itinéraire d’une semaine au Nord Vietnam

Voici notre itinéraire d’une semaine au nord du Vietnam (Hanoi et la Baie d’Halong feront l’objet d’un article séparé).

about_icon_3

Parcourez la carte interactive pour découvrir quelques photos ou vidéos à travers la carte et l’itinéraire.

https://www.thinglink.com/scene/708861274087227392

Hanoi– Mai Chau – Ban Van –Hoa Bin – Muong Lo – Ban Chao – Tu Le – Ché Cu Nha – Mu Cang Chai – La Pan Tan – Kim Noi – Sapa – Ta Van – Cat Cat – Ma Tra – Lao Cai – Hanoi

 

Itinéraire d’une semaine au nord du Vietnam

En évoquant cette partie du pays, deux choses me viennent à l’esprit : les rizières et les minorités ethniques. Dans ces villages reculés, la vie s’articule autour de la culture du riz et des traditions. Pendant notre itinéraire d’une semaine au nord du Vietnam, nous verrons comment les habitants récoltent le riz et combien ces récoltes sont importantes. Nous rencontrerons aussi les minorités Thai Noir et Blanc, Hmong Noirs et Bleus, Muong, Giay et Dzao Rouge, autant de peuples et de coutumes parfois bien différentes mais ô combien riches à nos yeux. C’est une région plutôt pauvre (revenu moyen vietnamien = 280$/mois), nous posons un regard respectueux envers les populations locales et nous sentons très vite notre bienvenue chez elles. Les paysages au mois de Septembre sont merveilleux et on en prend plein la vue !

Rizières_Vietnam_Allonsvoirailleurs.be

Les rizières

La culture du riz est un mythe, ici au Vietnam. Répandue dans les plaines, les fonds des vallées ou en terrasses comme à Bali, les jeunes plants qui ont poussé en semis sont repiqués minutieusement. Le repiquage, l’entretien des plantations sont traditionnellement effectués par les femmes. Celles-ci aident également les hommes au moment de la moisson, voire même du labourage. On peut penser que leur travail est facilité par les progrès techniques mais ici, non, tout est encore effectué à la main. Parfois dans les plaines, le riz au moment de la récolte est égrené par une machine mais généralement le riz est coupé au couteau à riz tige par tige. Le labourage s’effectue par les buffles, animaux imposants et très importants quand on connaît leur coût exorbitant. Les rizières en terrasse sont une à une vidées de leurs eaux, on admire le système d’irrigation, le riz jaunit, il est à maturité !

Des plaines de Mai Chau, nous découvrons la vie paysanne en vélo, puis à pieds lors de balades dans les vallées de Mu Cang Chai et de Sapa. A chaque fois, c’est une sensation étrange. Nous regardons ces paysages splendides avec nos yeux de touristes tandis que les locaux regardent leur culture avec un œil attentif, parfois inquiet. La récolte dans les rizières, en cours au mois de septembre est plus qu’importante, elle est vitale. Elle va nourrir la famille et rapporter l’argent nécessaire pour la faire vivre pendant le reste de l’année. On scrute le ciel, on prie évidemment Buddha ou les ancêtres pour que la récolte soit bonne et on accomplit un travail de titan chaque jour. Une fois que nous avons compris cela, on se doit d’admirer ces hommes et ces femmes pour leur travail. Qui a déjà pensé à l’effort de ces populations en dévorant un bol de riz chez soi. Comme on dit au Vietnam : « un grain de riz est égal à 6 bols de sueur » et on veut bien le croire.

Les femmes vietnamiennes

Rizières_Vietnam_Allonsvoirailleurs.be

Métier à tisser dans le village de Ban Van (Mai Chau)

Ces femmes qui ont travaillé toute leur journée dans les rizières, nous les retrouvons à chaque moment de la journée dans leurs tâches quotidiennes et traditionnelles. Elles passent encore beaucoup de temps à préparer le repas pour toute la famille et à s’occuper des enfants. Nous passons en effet, d’une minorité à une autre, dans des sociétés patriarcales ou patrilinéaires. Cela signifie que ce sont les hommes qui jouent un rôle important dans la famille, un rôle « économique ». Les descendants « mâles » sont privilégiés. Les enfants portent le nom du père et, seuls les fils, en particulier l’aîné, ont droit à l’héritage. La monogamie est aujourd’hui appliquée mais autrefois la polygamie était très présente dans ces sociétés. La femme partira de la maison avec sa dot et des dons faits au moment du mariage, elle vivra avec la famille du mari. Avant cela, elle aura acquit toutes les connaissances qui feront d’elle une épouse exemplaire et une bonne mère, comme être une bonne cuisinière, être capable de faire de l’alcool ou le tissage par exemple. L’habilité et la valeur d’une jeune femme seront jugées par le nombre et la qualité de ses textiles. Toute sa vie, elle continuera à en confectionner.

Autant dire, dans ce type de société, que c’est un peu le choc pour nous quand on nous explique tout cela. Toutes les valeurs et les combats pour l’égalité entre l’homme et la femme, balayés d’un coup. Chez les Viets, l’ethnie majoritaire, quelques traditions se perdent mais on comprend quand même que l’homme et la femme ne vivent pas au même niveau dans la société. Il y a encore beaucoup de chemin à parcourir, n’est-ce pas ?

Les minorités ethniques

Rizières_Vietnam_Allonsvoirailleurs.beQuand nous traversons les villages du Nord Ouest du Vietnam, nous apprenons donc à reconnaître ces minorités, à apprendre de notre sympathique guide « Bach », leurs traditions, leurs coutumes. Les Thai Noir où la nouvelle épouse remonte son chignon, signe qu’elle est donc mariée ou encore chez les Dzao Rouge où la femme se rase la tête qu’elle enduira de cire, signe de son engagement envers l’homme qu’elle a épousé. Ils vénèrent le culte des esprits ou des génies, leurs ancêtres occupent une place importante à chaque heure du jour. Leurs costumes et turbans sont toujours très colorés, comme chez les Muong par exemple. La broderie est très présente dans ces régions. Beaucoup de minorités utilisent le coton ou la soie. Chez les femmes Hmong, on tisse le chanvre et l’indigo est utilisé comme couleur de base pour colorer le batik ou l’ikat chez les Thai. Les couleurs naturelles sont progressivement remplacées mais les femmes sont créatives, elles développent leur sens esthétique et du travail.

Un accueil simple et chaleureux

Dans ces familles que nous visitons en traversant leurs villages, on nous laisse rentrer, on nous observe, parfois avec timidité. C’est pareil pour nous, on demande la permission avant de tirer un cliché, souvent on l’obtient sourire contre sourire. Puis, le soir, à plusieurs reprises nous logeons chez eux, chez les Thaï notamment. Un accueil chaleureux, unanimement arrosé d’alcool de riz en guise de bienvenue, et plus si affinités. Les repas sont succulents, les filles improvisent le déguisement et la danse en costumes traditionnels. Bref, on rigole beaucoup et le rire communicatif nous offre des moments et des rencontres que nous n’oublierons pas. C’est comme cela qu’on aime le voyage.

Rizières_Vietnam_Allonsvoirailleurs.beRizières_Vietnam_Allonsvoirailleurs.be

Des traditions en danger

Nous arrivons à Sapa le 6ème jour, la ville dans les nuages. Ici, nous comprenons que ces minorités sont en danger. Les femmes des ethnies minoritaires sont très présentes dans la ville et vendent leurs produits aux nombreux touristes qui y viennent chaque année. On est partagé sur l’enjeu mais surtout sur les conséquences. Nous nous étions déjà fait la réflexion lors de voyages précédents. Faut-il se lamenter sur le développement du tourisme et ses conséquences désastreuses sur la disparition de traditions ou être heureux pour ces populations qui augmenteront leur niveau de vie dans les années à venir. Il serait triste de voir les traditions de ces minorités disparaître d’un point de vue patrimoine, surtout si c’est comme souvent pour un attrait purement matérialiste.

Belles images, beaux souvenirs

C’est un article plutôt de ressentis que nous avons décidé de partager avec vous, plutôt que de décrire point par point cet itinéraire d’une semaine au nord du Vietnam. Vous l’avez vu par les photos, les paysages sont splendides et les sourires des populations ne remplaceront pas les mots que j’aurais pu avoir en écrivant quelques lignes supplémentaires à leur sujet. Nous revenons à Hanoi remplis de belles images dans la tête et nourris d’une très riche expérience grâce à ce voyage.

Au musée des femmes vietnamiennes, nous avions relevé quelques citations, nous vous quittons sur ces quelques mots.

A bientôt,

L’homme construit la maison, la femme construit la famille

C’est en grimpant la montagne que l’on sait qu’elle est haute, c’est en élevant un enfant que l’on comprend le sacrifice des parents

Le costume embellit la femme

Enfin, nous vous invitons à écouter la superbe chanson écrite par Marc Lavoine et interprétée par une belge d’origine vietnamienne, Pham Quynh Anh.

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=uJ-t9PM4nbs&w=360&h=240]


Rizières_Vietnam_Allonsvoirailleurs.beVoyagez avec Asiatica Travel

Nous avons donc eu la chance de participer à ce voyage avec « Asiatica Travel, Voyages d’émotion ».

En quelques mots, Asiatica est une agence locale située à Hanoi et qui existe depuis 2001. Elle est spécialisée dans la création de voyages individuels et sur mesure au Vietnam, au Laos et au Cambodge. C’est une agence très sérieuse et très professionnelle. A son bord, onze conseillères d’origines vietnamiennes et parlant français vous prennent en charge de la création du voyage jusqu’à votre arrivée. Les guides, tous salariés par Asiatica, vous accompagnent pendant votre voyage, conduits par des chauffeurs professionnels.

Voyages authentiques, à thème, de luxe ou encore trekking, séjours balnéaires, voyages en familles ou voyages classiques, Asiatica fera tout ce qui est possible et plus encore pour vous satisfaire. Leurs produits uniques et exclusifs en font une agence incontournable pour votre prochain voyage au Vietnam. Ce n’est pas un hasard si vous les retrouvez dans la plupart des guides francophones vendus chez nous.

Un petit plus, l’association « Asiatica Foundation » a vu le jour également en 2014. C’est une jolie manière d’apporter un soutien aux familles en difficulté au Vietnam. Chaque voyageur y participe puisque 2$ par personne sont consacrés à alimenter le fonds (info@asiaticafoundation.com)

Alors, qu’attendez-vous? Pourquoi ne pas commencer par demander plus d’informations sur le Vietnam pour un prochain voyage? Demandez votre itinéraire d’une semaine au nord du Vietnam. C’est sans engagement! 

Pour avoir une idée de notre itinéraire d’une semaine au nord du Vietnam, notre séjour (sur base de 10 personnes), hors saison est revenu tout compris à 520$ par personne (Logements, transport, restaurants, guide et excursions). Le voyage était de 7 jours dans le Nord Ouest, 2 jours dans la Baie d’Halong et retour à Hanoi. Le vol et les frais de visas (dont les tarifs vont être diminués) ne sont pas compris.

Rizières_Vietnam_Allonsvoirailleurs.be

Related Post

The following two tabs change content below.

Pierre Michaux

Travel blogger
Passionné de voyages, je réalise mon rêve à chaque nouvelle destination que je découvre. Les rencontres, la culture, les nouvelles technologies, la musique, sont autant de moteurs qui me "boost" chaque jour! Blogueur-voyageur et expatrié, aujourd'hui je partage avec vous mes expériences de voyages autour du monde à travers mes articles et mes réflexions.