Expatriés en Asie, étape 2

Les choses avancent…

Déjà 5 mois que nous avons maintenant quitté la Belgique, 150 jours à parcourir une partie de l’Asie à observer les moindres faits et gestes des asiatiques. Le continent est toujours aussi surprenant et séduisant à nos yeux. Devenir expatriés en Asie et quitter la Belgique est toujours, selon nous, un beau choix de vie et nous ne le regrettons nullement. Le projet d’installation avance à petits pas, comme prévu, et j’imagine que vous attendez tous quelques nouvelles fraîches de vos expats Belges préférés !

Marcel Proust disait: «Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux».

Koh Phangan, Thaïlande

Retour en arrière. Nous quittons la Chine fin octobre et arrivons alors à Koh Phangan, en Thaïlande, l’île de la fête (invisible). Nous qui écrivions quelques lignes sur notre façon de voyager après 40 ans, nous n’imaginions pas nous retrouver sur cette île, surtout connue pour la Full Moon (où la « Full Couillons » comme disent certaines personnes sur place) et craquer pour ce petit bout de terre au milieu du Golfe de Thaïlande. Ses plages, sa jungle, les balades en moto sur les routes désertes, ça nous a séduit tout de suite. Geoffrey, notre ami belge, DJ depuis un an sur place, nous rend la visite facile. En nous présentant à ses amis, on s’y sent encore mieux ! Une belle communauté d’expats ! Même si c’est la saison des pluies (et il pleut très fort), nous habitons la maison d’une amie et nous nous sentons quasi chez nous. Si on vous en parle dans cet article, c’est qu’elle a bien continué à nous trotter dans la tête cette petite île de Koh Phangan. A suivre…

Expatriés en Asie, oui ou non ?

Certains disent qu’un expatrié est quelqu’un envoyé par sa boîte vivre à l’étranger pour le compte de celle-ci. Appelez-nous comme vous voulez, immigrés ou expatriés, quelle différence ?

Expatriés en Asie

Souvenez-vous de notre article Bye Bye Belgium et la façon dont nous allions aborder notre « expatriation ». En décidant de devenir expatriés en Asie, nous voulions à tout prix éviter de tomber dans le piège d’un choix qui ne serait pas de cœur, un choix dicté par un business pré-déterminé pour lequel nous aurions quitté la Belgique. Mais comme nous n’avions que quelques idées en tête et aucun endroit fixe, on pouvait se laisser aller. C’est ce qui se passe depuis 1,5 mois maintenant. Après avoir eu la visite de la famille au sud du Laos et au Cambodge, nous sommes retournés dans la région qui nous a le plus séduit, les provinces de Kep et Kampot, au Cambodge donc. Nous nous y sommes installés, dans un bungalow 2 chambres, nous avons parcouru la région, nous avons rencontré quelques habitants, des expats et des Khmers, nous avons réfléchi, beaucoup réfléchi ! Les réponses commencent à arriver, c’est bon signe !

« Voyager, c’est donner un sens à sa vie, voyager, c’est donner de la vie à ses sens » (Alexandre Poussin dans Africa Trek II)

expatriés en Asie

Le temps de la réflexion

expatriés en AsiePour être tout à fait honnêtes avec vous, mi-décembre nous avons eu un petit moment de doute. Les idées se multipliaient dans nos têtes et les interrogations s’accumulaient. Expatriés en Asie, c’est bien mais les possibilités sont-elles ici? Trop cher, trop tard, trop loin, on veut la mer ou pas, on veut une guesthouse ou pas, on veut investir ou pas, bref un milliard de questions en une semaine. C’était finalement la première fois que nous étions confrontés à nous-mêmes. A ce moment, il faut rester les pieds sur terre, ne pas s’emballer. Fidèles à nos convictions sur notre voyage vers le bonheur, nous avons donc décidé de ne pas décider ! Oui, ça peut vous paraître curieux mais en fin de compte, nous avons le temps et surtout nous voulons le prendre. On s’est rendu compte également que le premier endroit où l’on s’installerait ne serait peut-être pas celui pour la vie, qui sait ? Comme évoqué dans notre étape 1, on sait surtout ce qu’on ne veut pas ou plus, ce sont des réponses hyper importantes également. Après tout, si on doit commencer à vivre des contraintes nous donnant le sentiment que nous ne serons pas heureux, à quoi bon ?

«Le vrai voyageur ne sait pas où il va» (Proverbe chinois)

Kep, Cambodia

Ce que nous savons et que nous pouvons vous dire, c’est que le Cambodge est en ce moment notre destination de cœur, celle où se sent le mieux. Tout n’est pas rose, tout ne ressemble peut-être pas à l’image paradisiaque que vous pouvez imaginer depuis votre salon au coin du feu mais l’accueil, la gentillesse, la beauté, la simplicité sont autant d’ingrédients définitivement plus importants que tout le reste. Ensuite, je vous rassure, la nature est belle, très belle et authentique. Bref, un joli cocktail qui nous amènera, pourquoi pas, à y revenir pour un moment.

Travailler ?

En ce moment, je vous entends penser : et le travail alors ? Qu’allez-vous finalement faire si vous devenez expatriés en Asie? Ce sera forcément l’objet d’un article quand nous aurons décidé ! Là, nous prospectons et nous établissons des plans. Nous sommes convaincus, au début, qu’il faudra se diversifier, tenter, expérimenter. Avoir 2 our 3 activités complémentaires permettra de tester sur 6 mois comment ça fonctionne, qu’est-ce qui peut marcher. Et puis, nos rencontres sur place réfléchissent avec nous, elles pensent parfois même pour nous ! Un couple de Marseillais avec qui nous avons sympathisé nous a même soumis quelques idées de business, ils ont réfléchi à ce qui pourrait marcher ici à Kep. Une de ces idées serait d’utiliser la voie ferrée entre Phnom Penh et Sihanoukville à des fins touristiques avec une vieille locomotive à vapeur. Original mais pas simple et pas vraiment dans notre budget ! Etonnés, nous avons beaucoup ri mais c’est plaisant et tellement enrichissant de pouvoir partager ce projet avec d’autres. C’est rare car nous ne voulons pas non plus que nos idées parcourent le « village » et finalement que quelqu’un nous coupe l’herbe sous le pied. Les idées sont là, les secrets sont bien gardés, y compris sur ce blog donc !

expatriés en Asie

La suite

Avec le Vietnam et la région de Hoi An dont nous vous avions parlé dans un article précédent, Koh Phangan en Thaïlande et maintenant le sud du Cambodge, nous voilà avec déjà quelques pistes. Mais avant de choisir notre nid, nous quitterons le Cambodge début février (le visa expire) pour rejoindre la Thaïlande, pays que nous ne connaissons que très peu. Nous y attendrons la famille pour une nouvelle visite mi-mars. Nous voulions et nous voulons toujours explorer la Birmanie et son potentiel énorme mais nous ne pouvons pas maintenant. Plus tard, peut-être. Mi-avril, nous serons donc tous les deux devant une première décision qui nous emmènera peut-être au Cambodge ou ailleurs, elle ne permettra de connaître que l’endroit, viendront ensuite d’autres décisions liées à une activité, etc.

Vous voyez, le chemin vers une nouvelle vie est bien long et c’est une expérience des plus enrichissantes. Finalement, nous apprenons plus sur nous-mêmes en cet instant que sur toutes les années à penser à notre départ en essayant de l’imaginer depuis la Belgique. Bref, nous sommes sur le bon chemin !

expatriés en Asie

Alentours de Kep

Confucius a dit: « Le plus grand voyageur est celui qui a su faire une fois le tour de lui-même. »

Merci encore à tous pour vos encouragements de chaque instant et le suivi de nos aventures sur ce blog !

Appel aux idées ! On pense à vous, pensez-vous aussi à nous? Comme nos amis Marseillais, quelle serait votre idée si un jour vous décidiez de vous expatrier? (Commentez cet article ci-dessous)

expatriés en Asie

Related Post

The following two tabs change content below.

Pierre Michaux

Travel blogger
Passionné de voyages, je réalise mon rêve à chaque nouvelle destination que je découvre. Les rencontres, la culture, les nouvelles technologies, la musique, sont autant de moteurs qui me "boost" chaque jour! Blogueur-voyageur et expatrié, aujourd'hui je partage avec vous mes expériences de voyages autour du monde à travers mes articles et mes réflexions.