Roadtrip moto dans le Triangle d’Or (Thaïlande)

La boucle nord de Chiang Rai et le Triangle d’or

Golden triangleLe Triangle d’Or. Un mythe, une région mystérieuse, remplie d’une histoire dont on soupçonne à peine les enjeux passés. C’est sur les traces de l’Opium que nous sommes partis de Chiang Rai découvrir cette région encore peu touristique du Nord de la Thaïlande. Un roadtrip moto dans le Triangle d’Or pendant lequel nous avons effectué une boucle de 350km nous emmenant aux confins des 3 frontières que forment la Thaïlande, le Myanmar (Birmanie) et le Laos. Au guidon de notre petite moto, le Mékong a rempli nos yeux pour longtemps, nous ne sommes pas prêts de l’oublier.

Roadtrip moto dans le Triangle d’Or : circuit de 5 jours 
Roadtrip moto dans le Triangle d’Or :  infos pratiques 

Un peu d’Histoire

Dans ces montagnes recouvertes de brume et de brouillard, les habitants cultivaient autrefois une variété de pavot, qui, préparée de façon très artisanale, devint une drogue consommée mondialement et connue sous le nom d’Opium. Dès le début des échanges commerciaux avec d’autres pays au 18ème Siècle, plusieurs guerres fratricides entre trafiquants, cultivateurs et autres intermédiaires apparurent au milieu d’une jungle quasi impénétrable. Puis, l’Occident avec les Britanniques notamment, l’Inde et la Chine, grande consommatrice de cette drogue, se livrèrent d’autres guerres, d’abord commerciales puis, plus graves, provoquant une crise sans précédent en Chine. C’est la guerre de l’Opium. La conséquence pour la Chine sera la concession exclusive de Hong Kong, entamant ainsi ce que les Chinois appellent le « siècle de la honte ».

Pour se livrer à ce prétendu délice, il faut se munir de différentes choses: d’abord une petite lampe, sorte de veilleuse à l’huile; d’une épingle de 12 à 14 centimètres de long, d’une pipe de trente à trente-cinq centimètres de long, celle-ci est surmontée d’une boule de porcelaine percée d’une cheminée assez large pour l’introduction d’une épingle à cheveux, et enfin d’opium à l’état aqueux, contenu la plupart du temps dans une coquille. On en prend une goutte à l’aide de l’épingle, on la chauffe légèrement à la flamme de la lampe, et lorsque cette goutte se boursoufle et va se dessécher, on la pique sur le trou du fourneau de porcelaine. On s’allonge alors la tête sur un coussin, et de la main gauche on approche la pipe de la lampe, tandis que, de la main droite tenant l’aiguille, on ramène sur le trou l’opium embrasé, dont on aspire d’un unique et long trait la fumée.

opium

S’ensuivit plus tard la clandestinité de la consommation d’Opium, puis de l’héroïne, un dérivé, dans toute l’Asie et au-delà. L’état de somnolence provoqué par sa consommation en ruinera plus d’un. Sa consommation addictive aura créé finalement crises et guerres jusqu’au 20ème S. Ensuite l’Opium servira de monnaie d’échange pendant les guerres Mondiales pour être enfin abolie dans les années 50. Jusque dans les années 80, la corruption des pouvoirs en place mêlée à un trafic organisé alimentera les consommateurs encore nombreux. Puis vinrent enfin des résolutions mondiales pour combattre trafic, trafiquants et usage illégal de ces produits.

Aujourd’hui, le pavot est encore cultivé mais à des fins médicales (officiellement). En Thaïlande, dans les années 80, Son Altesse Royale la princesse Srinagarindra, mère du Roi actuel, a conçu un projet de développement à Doi Tung, à l’extrême nord du Royaume. Le projet avait pour but de remettre en état le cadre originel de vie des habitants de la région en mettant fin à la culture du pavot et son trafic. Les habitants, principalement issus de la minorité Akha ont donc recommencé à cultiver fruits, légumes et fleurs et éradiquer cette drogue dans la région.

Pendant notre roadtrip, nous n’avons donc pas vu de culture de pavot et encore moins d’habitants consommant l’Opium. Mais à travers le musée Hall of Opium, nous avons appris à comprendre la région et ses enjeux, depuis la nuit des temps.


Roadtrip moto dans le Triangle d’Or (Thaïlande) : circuit de 5 jours

Nous quittons Chiang Rai par la Route 1 avec notre moto pour un roadtrip de 5 jours dans la région du Triangle d’Or. Le temps est sec et se réchauffe en matinée, nous sommes contents de retrouver les 2 roues et de partir à l’aventure. Notre première étape nous emmène à Mae Salong, au milieu des montagnes dans une zone habitée par la minorité Akha. Des influences chinoises, du Yunnan, et une mentalité Thaïe caractérisent les habitants qui vivent principalement aujourd’hui de la culture du thé. Les paysages sont magnifiques. Nous continuons notre route le lendemain matin, plus au nord pour atteindre Doi Tung, puis Mae Sai, la ville la plus au Nord de la Thaïlande, à la frontière birmane. Le froid descendu de Chine nous a glacé dès le matin sur la moto. Heureusement, nous avons pris pull et veste mais le bonnet et les gants n’auraient pas été superflus. A Doi Tung, nous prendrons connaissance du projet de la Princesse Mère (voir plus haut), un projet grandiose couronné de succès et très respecté par les Thaïlandais. Notre 125cc tient le coup. On gère les accélérations pour monter les pentes de plus de 10%, on se penche vers l’avant pour pousser la petite mais on ne met pas le pied à terre ! Nous sillonnons toujours les routes en lacets de la région et apercevons enfin le Laos et le Myanmar. La région est très boisée, la jungle occupe la plus grande partie de nos champs de vision. A Mae Sai, les échanges entre Birmans et Thaïs sont très nombreux. Le mélange de culture des deux pays se ressent dans cette petite ville sans grand intérêt il faut le dire.

Nous démarrons notre troisième journée en direction de Sop Ruak. C’est ici que nous visiterons le splendide musée sur l’Histoire de l’Opium mais c’est ici aussi que le Mékong descend du Laos et nous laisse contemplatifs sur la frontière avec les 3 pays : la Thaïlande, le Laos et le Myanmar. Nous y sommes, le Triangle d’Or !

A Chiang Saen, un peu plus à l’ouest, nous profitons encore de ces beaux paysages, du lac du même nom, du petit marché coloré au milieu de quelques ruines de chedis datant des 10 et 11ème Siècles. Le temps s’est arrêté de part et d’autre de la frontière avec le Laos. On entend parfois le son d’un karaoké en dégustant un poisson fraîchement pêché dans le Mékong. Les Thaïs viennent en famille profiter des petites gargotes déployées le temps de la soirée. Il fait frais le soir, on supporte nos vestes à l’extérieur en dégustant une bonne bière Chang et on rajoute une bonne couverture dans notre auberge sans grand charme.

La batterie de notre scooter a rendu l’âme depuis le 2ème jour. Il faut donc démarrer la moto manuellement. Le cric n’est pas en bon état non plus. On arrête le moteur le moins possible sur la route vers Chiang Khong. Nous continuons pourtant une très jolie route bordée de petites maisons en bois et aux chemins fleuris. La terre est très fertile. Riz, légumes, tabac offrent un décor de couleurs vertes contrastant avec le Mékong, juste en arrière-plan. La petite ville de Chiang Khong est charmante, surtout les petites rues coincées entre la route principale et un chemin longeant le fleuve. Les guesthouses et les terrasses se multiplient dans une ambiance calme et décontractée. On observe la vie locale, on se sent bien !

Ce roadtrip moto dans le Triangle d’Or se termine en retournant vers Chiang Rai, on trace les 100km qui nous séparent en une seule traite. On passe alors des chemins montagneux aux rizières dans les plaines entourant le chef-lieu de la province. Quelques rizières sont déjà d’un vert fluo, on imagine le décor lorsque ces vastes étendues seront en pleine saison de récolte. Le Nord de la Thaïlande nous aura bien offert ce que nous attendions. Nous sommes surpris de la beauté de cette région et nous en parlerons longtemps encore !

Roadtrip moto dans le Triangle d’Or (Thaïlande):  infos pratiques

Triangle d'Or

Carte routière à se procurer au T.A.T. à Chiang Rai

  • Durée

5 jours (facilement faisable en 4-5 jours mais on peut aussi profiter plus longuement des endroits proches du Triangle d’Or pour effectuer visites, trekking, passage de frontière et retour, etc.)

  • Distances

350km en 5 jours dont 100km pour la dernière étape, soit entre 50 et 75km par jour.

  • Etapes et attractions à ne pas manquer :

    – Mae Salong (Plantations de thé, villages Akha, Pagode Srinakarin Chedi Santikiri)

    – Doi Tung (Villa Royale, Jardins)

    – Mae Sai (Frontière avec le Myanmar, marchés)

    – Sop Ruak (Hall of Opium – entrée : 200 baht), point de vue Triangle d’Or

    – Chiang Saen (Balade le long du Mékong, lac de Chiang Saen)

    – Chiang Khong (Balade le long du Mékong, campagnes aux alentours)

Il y a évidemment tous les points de vue et petits villages sur la route qui valent le détour.

  • Hébergements

Nous n’avons rien réservé à l’avance pour ce trip. Il est très facile de trouver un endroit pour se loger. Il vaut mieux être motorisé. Nous recommandons sur la route les logements « Saeng A Roon Hotel » à Mae Salong, « Jasmin » à Mae Sai, « Baan Fai » à Chiang Khong.

  • Moyen de transport

Le scooter a été loué depuis notre auberge à Chiang Rai (Baan Bua Homestay). Pour 7 jours, nous avons eu un prix de 250 Baht par jour (soit environ 6€). Seul ou à deux sur la moto, choisissez au moins une 125cc car les pentes sur la route sont parfois raides. Comptez un plein par jour (entre 60 et 80 Baht).

D’autres voyageurs croisés sur la route l’ont fait à vélo et d’autres encore ont choisi la voiture, plus confortable.

  • Budget

Moyen de transport: 250 baht/jour + 285 baht d’essence

Hébergement: 300 à 400 baht par nuit pour 2 avec salle de bain privative

Nourriture: environ 400 baht pour 2 par jour

Hall of Opium: 200 baht pp ; Doi Tung: 90 baht pp pour la Villa Royale et 90 baht pp pour Mae Fah Luang Garden (Jardins de la princesse)

TIP : la carte routière et touristique récupérée au T.A.T (Tourism Authority of Thailand) est géniale. Il y a tout, les routes, quelques hébergements, les points de vue, les points touristiques, etc. On peut se la procurer à Chiang Rai à l’adresse suivante : 448/16 Singhaclai Road, Chiang Rai.

728x90 Best Price

Retour en haut de l’article

Related Post

The following two tabs change content below.

Pierre Michaux

Travel blogger
Passionné de voyages, je réalise mon rêve à chaque nouvelle destination que je découvre. Les rencontres, la culture, les nouvelles technologies, la musique, sont autant de moteurs qui me "boost" chaque jour! Blogueur-voyageur et expatrié, aujourd'hui je partage avec vous mes expériences de voyages autour du monde à travers mes articles et mes réflexions.