Voyager en slow travel

A quoi ressemblent nos journées? Partir de chez soi, quitter son confort, ses habitudes, vivre comme des « nomades » présente définitivement des avantages et des inconvénients. Nous avons pas mal parlé de notre expérience dans nos derniers articles et où nous en étions dans notre voyage et notre quête vers l’expatriation mais, au final, nous ne nous sommes pas ou peu étendus sur notre quotidien, en mode « voyage » et « slow travel ». On y remédie donc via cet article !

Voyage ou slow travel ?

Obligés dans un premier temps de vous présenter les choses sous deux angles. Un premier quand nous voyageons d’un endroit à l’autre et un deuxième lorsque nous avons décidé, comme au Cambodge, de rester à un endroit fixe pendant plusieurs semaines. Le rythme en slow travel est différent et les activités aussi.

Tara Canyon

On peut contempler longtemps des paysages comme ici, le Canyon de la Tara au Monténégro

Journée type en voyage

Lorsque nous sommes sur les routes en Asie, nous voyageons principalement en bus, de jour si c’est possible. Pas qu’on soit contre le voyage de nuit mais c’est vrai que c’est assez fatiguant (vu notre âge). Par contre l’avantage, c’est forcément d’épargner une nuit. On évite l’avion autant que possible mais c’est vrai qu’1h en l’air contre 15h de bus, on y réfléchit parfois à deux fois. Le stop, la marche à pieds, le vélo, c’est plus trop notre truc, question d’âge peut-être encore !

On dort où?

Nous logeons majoritairement dans des lieux que l’on appelle ici en Asie « Guesthouse ». C’est en réalité un mix entre une auberge de jeunesse et un bed & breakfast. Elles font parfois rêver pour le prix et parfois donnent la chair de poule rien que de penser à leur état de vétusté, de propreté et l’accueil de temps à autre un peu rustre de l’hôte. Généralement, nous sommes quand même agréablement surpris. Vu que nous prenons notre temps, nous réservons généralement notre chambre à l’avance via les sites de réservation classiques. Notre budget quotidien tourne entre 8 et 12€ par jour pour 2. A ce prix, nous avons droit à une chambre avec salle de bain et eau chaude. Le petit-déjeuner est rarement compris et en fait nous ne le prenons que très rarement, cela dépend de l’endroit et de notre faim ! Un café et on mange sur la route, c’est ce qui arrive le plus souvent.

Une auberge extrêmement bien placée au centre de Bangkok et dont le lobby est très sympa! Cliquez sur la photo pour consulter ou éventuellement réserver en ligne.

Et puis viennent les surprises, les exceptions où nous cassons un peu notre tirelire mais pourquoi se priver? 35$ la nuit, on aurait tort! Cliquez sur la photo pour consulter et éventuellement réserver en ligne.

L’avantage de loger dans ces endroits est double. D’un côté, cela nous permet de rencontrer des gens, sympathiser, partager des expériences, etc. et ensuite nous profitons de notre GH (guesthouse) pour établir notre plan de visites et découvertes de la région. A priori, nous partons à pieds, à vélo ou à moto pour la journée. Il arrive que nous réservions un tour/une excursion auprès de la GH lorsque c’est incontournable ou que nous ne pouvons pas faire autrement. Cela se passe alors en Tuk-Tuk (carriole attachée à une moto) ou en mini-van (groupe de voyageurs).

Kep

En mode découverte des environs de Kep, seuls au monde!

En partant nous-mêmes explorer une ville ou une région, c’est un vrai sentiment de liberté qui nous envahit. Il n’y a pas de mauvaise expérience. Certes, on n’a pas toujours les explications d’un guide mais en nous laissant guider par l’imprévu, notre vécu est d’autant plus riche en revenant le soir à notre GH. « Self guided tour » !

On mange quoi ?

Je vous entends, « et vous mangez quoi ? ». Il me faudrait 10 pages pour vous décrire ce que l’on peut manger ici en Asie. Sur notre page « cuisine du monde », on vous montre toutes les possibilités ! En gros, le midi c’est un riz ou des nouilles sautées ou une soupe, voire un sandwich avec du poulet et le soir du riz et un plat viande ou poisson/légumes. Nous préférons manger local et dès que c’est possible, nous mangeons dans la rue ou sur un marché. Parfois, on craque pour un repas occidental. On a besoin de retrouver des goûts connus! C’est plus cher et souvent, nous sommes déçus (qualité-prix) mais il y a quand même des exceptions!

En dehors des visites, vous faites quoi ?

Temps libre ! C’est clair que marcher 20km sur la journée ou faire 100km à moto, ça use et ça fatigue. Le sentiment d’une journée bien remplie et des images plein la tête est très agréable et nous gonfle de bonheur chaque jour. Pour recharger les batteries, on profite de la fin de journée dans notre GH mais il nous arrive fréquemment de prendre ½ journée pour ne rien faire. Enfin, oui et non, je travaille sur le blog, Roxane fait quelques recherches, on planifie la suite du voyage, Roxane profite pour avaler quelques lignes d’un livre échangé à la GH précédente, on skype la famille et les amis, on se fait un massage traditionnel ou à l’huile, bref on s’occupe et les journées sont (très) courtes !

 Ceetiz

Journée type en slow travel

Slow travel-allonsvoirailleurs.be10

Notre bungalow loué pour 3 semaines à Kep

En mode « slow travel » c’est légèrement différent. Ce qui change, c’est évidemment le logement et le confort d’être chez soi pour un temps plus long. Au Cambodge, à Kep par exemple, nous avons opté pour une location de bungalow pour 3 semaines. En se renseignant dans les auberges, on peut très facilement obtenir des contacts pour faire des locations « long terme », généralement au mois. Pour environ 200 usd/mois, nous avons alors un joli bungalow avec 2 chambres, salle de bain, un salon, un coin cuisine et une petite terrasse. D’un pays à l’autre, les prix varient mais on tourne donc à 6-8 usd par jour. Il faut rajouter l’électricité (0,25$ pour 1kw). Le gros avantage, c’est de ne plus dépendre de personne, d’avoir du calme, son indépendance, son confort, etc. Le désavantage, c’est de ne plus être en contact avec d’autres voyageurs. L’idéal en ce qui nous concerne est donc d’arriver dans une ville, prendre une chambre dans une guesthouse, sympathiser avec l’hôte et se renseigner sur la location d’endroits long terme. Ensuite, vous revenez de temps à autre dans l’auberge pour apprivoiser l’endroit, lier connaissance, boire un pot, etc. Tout dépendra du contact avec l’hôte mais souvent, on obtient ainsi une recette idéale pour passer du bon temps, apprendre tous les potins de la vie locale, essentiels à une installation potentielle !

Slow travel-allonsvoirailleurs.be5

Nous avons rencontré les responsables et volontaires de cette superbe association: Kep Children. Du coup, on est venu participer à leur première kermesse!

Slow travel-allonsvoirailleurs.be6

A Kep Children, rencontre insolite et sympathique

Le confort, c’est aussi de pouvoir organiser ses journées différemment. Explorer la région 1x, 2x, 3x en partant d’endroits différents, tester les restaurants, écouter les conversations sur une terrasse, boire un verre ou manger un bout dans une auberge au bord de la rivière, se faire inviter au BBQ entre expats, à l’ouverture d’un endroit, capter l’ambiance, le rythme de vie local, etc. Ca fait clairement partie de la prospection. On a le temps et on prend le temps. Ensuite viennent d’autres types de rencontres, comme une agence immobilière par exemple. On se présente, on écoute, on partage puis on regarde les offres, on tente de comprendre comment cela fonctionne. Ensuite on recoupe avec les rencontres faites dans les auberges et en sortie, etc. Bref, on s’installe petit à petit. C’est très agréable, très excitant mais parfois déroutant.

Vivre en « slow travel » permet entre autres de manger plus simplement, ne pas se rendre dans un resto tous les soirs, ça fait du bien ! Ca tombait bien, à Kep, un boulanger et un boucher venaient d’ouvrir leur boutique, on s’est donc fait des soirées pain au levain et terrines/saucissons ! Puis, le soir, nous avons fait quelques soirées télé agrémentées de nos derniers téléchargements. On a donc rattrapé le manque de séries telles que Homeland, Mr Robot et maintenant Kaboul Kitchen ! Une vie normale, quoi!

Slow Travel

Des endroits de rêve, encore et encore…ici à la Greenhouse Guesthouse à Kampot.

En transition

Vous l’aurez compris, nous n’avons pas le temps de nous embêter, que du contraire. Pour l’instant, on profite et on ne se met pas trop de pression. Néanmoins, quand on regarde il y a 5 mois et aujourd’hui, nous avons pas mal bougé mais nous avons surtout énormément appris sur notre future nouvelle vie. Nous pouvons dire que nous sommes en transition entre le mode « voyage au long cours » et « slow travel ». Nous nous dirigeons tout droit vers notre installation et c’est un sentiment, ma foi, très agréable et très encourageant !

Carpe diem !

Pierre et Roxane

Nos choix de Guesthouses pour la région de Kep et Kampot

  • Vous cherchez une guesthouse à Kep au Cambodge? Une seule adresse, un accueil 5 étoiles, des bungalows propres et spacieux dans un jardin splendide: L’Oasis
  • Vous cherchez une guesthouse à Kampot au Cambodge? Nous vous suggérons près de la rivière le Champa Lodge tenu par un Belge (plus luxueux) ou encore l’original Samon Village (plus backpacker). Au centre-ville nous avons testé Bandini’s et Kampot Oasis, des hôtes uniques et sympathiques qui vous garantissent le succès de votre passage ici à Kampot.

 

Booking.com
The following two tabs change content below.

Pierre Michaux

Travel blogger
Passionné de voyages, je réalise mon rêve à chaque nouvelle destination que je découvre. Les rencontres, la culture, les nouvelles technologies, la musique, sont autant de moteurs qui me "boost" chaque jour! Blogueur-voyageur et expatrié, aujourd'hui je partage avec vous mes expériences de voyages autour du monde à travers mes articles et mes réflexions.