1729565Tous les organisateurs d’événements culturels d’envergure en ont sans doute rêvé : Mons 2015 fait l’objet d’un Guide du Routard en bonne et due forme, une petite centaine de pages disponibles dans les librairies mais aussi sur internet en version e-book. Wallonie-Bruxelles Tourisme (WBT) et la Fondation qui porte le projet de capitale européenne de la culture ont un peu forcé le destin : 70.000 euros ont été déboursés au titre d’amorce à la rédaction et à l’impression de cet ouvrage.
Le prix à payer sans doute pour s’imposer sur la scène touristique internationale. Car si Mons 2015 revendique clairement sa dimension culturelle, assez pointue d’ailleurs, il ne faudrait pas perdre de vue que l’ambition est également de faire s’encourir des foules qui profiteront d’une exposition ou d’un spectacle pour déambuler en ville, s’y restaurer et y loger. Et plus si affinités : pas loin du vieux beffroi baroque, Binche, le Grand-Hornu, le Pass de Frameries ou les pandas de Pairi Daïza, comme beaucoup d’autres attractions, pourraient tirer parti de la reconnaissance du chef-lieu du Hainaut tout au long de l’année qui débutera par une grande fête d’ouverture, le 24 janvier.
C’est la première impression laissée par ce nouveau fleuron de la collection dirigée par Philippe Gloaguen. Il y est question de Mons 2015, mais la capitale européenne de la culture sert en quelque sorte de prétexte à une découverte originale de Bruxelles et de la Wallonie. Ce Routard aurait pu s’intituler « Mons 2015 etc. » : il peut servir de porte d’entrée vers d’autres horizons, ce qui est d’ailleurs une des ambitions de l’organisation, qui rayonnera sur l’ensemble du territoire tout au long de l’année.
Le Routard Mons 2015 est le troisième ouvrage de la série à s’intéresser à notre petit pays après le Routard Belgique de 1995 et le Routard Bruxelles de 2010. « Ces deux titres comptent parmi nos meilleures ventes en Belgique, mais aussi en France. Ils sont constamment réimprimés, relève Philippe Gloaguen. Celui réservé à Mons ne devrait pas déroger à la règle : 12.000 exemplaires ont été imprimés, mais le potentiel tourne autour des 25.000 ou 30.000 exemplaires. »
Le petit guide est de facture assez classique pour les habitués de la collection. Il s’ouvre sur la question rituelle : comment y aller ? Dommage peut-être qu’il n’y soit pas fait mention du port de plaisance du Grand-Large… (Chercher la petite bête qui a échappé aux auteurs est un exercice amusant, voir ci-contre). Le lecteur a droit aussi aux spécialités gastronomiques, à un mini-cours de droit constitutionnel, à un lexique franco-belge (une baise, c’est une bise), et à une foule de bonnes adresses.
Sans oublier bien sûr l’essentiel, pour cette fois : les grandes lignes de la programmation de Mons 2015 et le logo de la manifestation chaque fois qu’un lieu ou un événement entretient un lien plus ou moins direct avec la capitale européenne de la culture.
L’opération est d’ores et déjà gagnante pour les responsables du tourisme de Mons qui veulent tirer parti des prochains mois pour franchir une étape, notamment en matière de tourisme d’affaires, avec le nouveau centre de congrès signé par Daniel Libeskind.
Le Guide du Routard figurera en bonne place dans les rayons du nouvel office du tourisme de la Grand-Place. Il sera inauguré avant la fin de cette année. Un espace original à l’échelle wallonne, inspiré par le modèle « In & Uit » développé en Flandre : un lieu unique où se mêlent l’information touristique et l’offre culturelle.