Projet

Commençons par le début: d’où nous est venue cette idée un peu folle de partir 12 mois autour du monde…

Après 15 ans de carrières respectives, des années de voyages et d’envies de voyager de plus en plus pressantes, une santé balancée au rythme de nos vies professionnelles (surtout pour Pierre), j’ai lancé un soir à Roxane…et si on lâchait tout pour partir un an à travers le monde? D’abord elle m’a pris pour un fou, ça a duré 10” et puis oui… évidemment. On s’est dit finalement qu’on a qu’une vie et que pendant notre courte existence il serait quand même malheureux de ne pas pouvoir choisir ce que l’on veut en faire…

Alors plutôt que de râler jusqu’à nos 70 balais (ben oui 45 ans de carrière…ça fait travailler jusque 70 ans) de ne pas avoir profité et ensuite de se voir à un âge avancé rongé par les maladies, maux de dos, genoux, etc…plutôt en profiter quand on est en bonne santé, n’est-ce-pas? Je sais…j’entends déjà dire…mais Michaux, t’as déjà mal au dos, au genou, etc…I know I know…mais à moi de chercher et de trouver finalement le pourquoi 🙂

A l’euphorie se sont mêlés évidemment plein de sentiments: culpabilité au niveau du boulot (euh…), demande de crédit temps, acceptation, communication au boulot, à la famille, aux amis. Et finalement on se rend compte que ce qu’on a choisi de faire est assez exceptionnel, que nous avons beaucoup de chance mais aussi que nos amis, la famille et nos collègues ont tous accueilli la nouvelle avec enthousiasme en nous souhaitant de découvrir plein de choses magnifiques.

Elle est pas belle la vie? Nous sommes fiers d’avoir fait ce choix…alors si faire des choix est une question que vous vous posez, lisez la suite!

Il meurt lentement
celui qui ne voyage pas,
celui qui ne lit pas,
celui qui n’écoute pas de musique,
celui qui ne sait pas trouver
grâce à ses yeux.
Il meurt lentement
celui qui détruit son amour-propre,
celui qui ne se laisse jamais aider.
Il meurt lentement
celui qui devient esclave de l’habitude
refaisant tous les jours les mêmes chemins,
celui qui ne change jamais de repère,
Ne se risque jamais à changer la couleur
de ses vêtements
Ou qui ne parle jamais à un inconnu
Il meurt lentement
celui qui évite la passion
et son tourbillon d’émotions
celles qui redonnent la lumière dans les yeux
et réparent les cœurs blessés
Il meurt lentement
celui qui ne change pas de cap
lorsqu’il est malheureux
au travail ou en amour,
celui qui ne prend pas de risques
pour réaliser ses rêves,
celui qui, pas une seule fois dans sa vie,
n’a fui les conseils sensés.
Vis maintenant !
Risque-toi aujourd’hui !
Agis tout de suite !
Ne te laisse pas mourir lentement !
Ne te prive pas d’être heureux !

Español: Firma del poeta chileno Pablo Neruda ...

 

Inscrivez-vous à notre prochaine newsletter
S'inscrire