O’TourDuMonde.fr a été créé par trois jeunes baroudeurs ayant une passion commune : celle de voyager. Ils partagent via leur blog leurs carnets de voyages, photos et vidéos. Ils présentent chaque semaine de nouvelles destinations avec leurs infos pratiques et leurs bons plans.Ils mettent à votre disposition tous les conseils nécessaires à la bonne préparation de votre voyage en mode backpacker dans l’ E-book “Bien préparer son Voyage”
Rien n’est plus beau qu’une rencontre culturelle, alors partagez vos aventures avec sur otourdumonde.fr

Direction les Galapagos! Nous voilà partis pour prendre notre revanche sur l’Île de Pâques (voir article “Lima…la galère”) et découvrir tous les trésors de ce petit paradis naturel en partie encore vierge.
Situé à 1000km des côtes équatoriennes, l’archipel des Galapagos est un sanctuaire pour nombres d’espèces marines et terrestres. La plus connue et emblématique est la tortue géante des Galapagos, pouvant peser plus de 400kg et vivre plus de deux vies humaines.
Nous prenons notre vol depuis Guayaquil avec une légère appréhension, mais le sort ne va pas s’acharner tout de même! En effet, tout se passe bien et nous rejoignons l’île de Baltra deux heures plus tard. Avant de se poser nous avons pu observer les differents volcans qui sont à l’origine de la formation de ces îles. Cet archipel est relativement jeune, environs 5 millions d’années et n’a jamais été connecté avec le continent. Les espèces qui s’y trouvent aujourd’hui sont toutes venues soit par la mer soit par les airs. Certaines se sont même adaptées aux conditions particulières des îles et ont évolué vers des espèces qui n’existent donc que sur l’archipel.
Lorsqu’on arrive sur les Galapagos, la première chose qui nous choque est l’impression d’être dans un zoo mais sans barrière.
En effet, une fois sortis des villages, tortues, iguanes terrestres ou marins, lions de mer et oiseaux de toutes sortes côtoient les chemins et les plages. Ceux-ci ne sont nullement effrayés par la présence de l’Homme ce qui permet de les observer de relativement près. Il faut quand même garder une certaine distance pour ne pas trop les perturber, ce ne sont pas des animaux domestiques non plus!

Notre première étape fût Puerto Ayora sur l’île de Santa-Cruz. Le village est plus grand que ce qu’on avait imaginé, mais c’est un peu normal pour la principale ville de L’archipel. Malgré la présence humaine les iguanes se dorent la pilules le long des quais, les pélicans rasent nos têtes lorsque nous regardons les pécheurs décharger leurs marchandises, sans parler de la multitude de crabes et de pinsons qui se baladent. Le soir le spectacle continue, plusieurs dizaines de raies se laissent dériver dans les lumières du port et ne sont dérangées que par un couple de phoques venu chasser sur leur terrain favori.
Nous passerons 4 jours sur l’ile profitant de la plus belle plage de notre voyage: « Tortuga-Bay », digne d’une carte postale avec un sable aussi fin et blanc que de la farine et une eau turquoise remplie de vie sous marine. Ha… le Paradis !
On est également rentré dans les terres à la rencontre des tortues géantes, des coulées de laves souterraines et des cratères d’effondrement. De quoi en prendre plein les yeux.
[youtube http://www.youtube.com/watch?v=OI2-GG57wZI&w=560&h=315]
Nous irons ensuite sur la plus grande île de l’archipel, j’ai nommée « Isabella » (pour la blague, « Isabella les eaux bleues »). Elle mesure près de 100km de long mais ne compte qu’un seul petit village: « Puerto Villamil ». Nous la rejoignons en 3 heures de navigation en optant pour un tour à la journée (avec visites, repas et snorkeling) de 40$ qui nous laissera sur place, histoire de faire d’une pierre deux coups au lieu de simplement payer la traversée à 25$.
On nous avait dit que ça bougeait pas mal sur le bateau (on est très vite en haute mer, à 20km des côtes il y a déjà près de 3000m de profondeur) et en effet ça bouge… un peu trop pour certains!
Résultat, un ado quelques sièges devant nous, sentant son petit dej’ approcher de la sortie, ignore les recommandations et ouvre sa fenêtre au lieu de se diriger vers l’arrière du bateau. A 7h00 du matin il offre donc la moitié de son oeuvre aux passagers derrière lui via les fenêtres grandes ouvertes… Charmante rosée matinale! (Sans n’avoir rien avalé, un petit peu de vomi sur le visage ça fait toujours plaisir  ).
Après avoir enlevé tous les miels pops de nos cheveux, nous arrivons à Puerto Villamil où des dizaines de lions de mer nous attendent sur les quais. Ce village, beaucoup plus petit que le précédent, est construit le long d’une magnifique plage de sable blanc.
Ici nous ferons surtout du snorkeling, en effet les plongées étaient trop chères (environs 180$) et rien qu’avec les masques et tubas vous en prenez déjà plein les yeux. On a ainsi pu nager avec les lions de mer, les tortues marines, les raies et toutes sortes de poissons multicolores, pas de requins mais çà je ne m’en plains pas  .
[youtube http://www.youtube.com/watch?v=V0q5XoRcv4I&w=560&h=315]
Nous ferons également deux petites randonnées. La première sur le petit îlot de « las Tintoreras » où cette fois nous avons pu voir les requins à « punta blanca » mais aussi des pingouins et des boobies à pattes bleues. Tout cela dans un décor volcanique désertique, vraiment impressionnant.
La seconde randonnée nous mènera, un peu plus dans les terres, jusqu’au « mur des larmes ». C’est l’endroit où, dans des conditions très rudes, on a fait construire par d’anciens bagnards un mur pour les occuper. Il est dit : « ici les hommes fort pleurent, les faible meurent ». On terminera notre balade par l’ascension de deux petits sommets nous offrant un magnifique panorama sur toute l’île où seulement 2 volcans donnent du relief à cette étendue plate.
Les Galapagos c’est déjà terminé  ces 10 jours sont passés à une vitesse hallucinante tellement l’endroit est plaisant à vivre. Demain on retourne sur le continent… une longue journée de transports nous attend. Sur la route puis en bateau de Santa-Cruz jusqu’à Baltra. On attend l’avion, on arrive à Guayaquil de nouveau et on enchaîne, taxi jusqu’au terminal de bus et direction Cuenca (5h jusqu’à la cité coloniale) dans le Sud-Est Équatorien.

Infos Pratiques
Hôtel :
  • Lirio del Mar , sur Santa-Cruz, l’hôtel est situé non loin du centre et du port. Les chambres sont biens, le wifi fonctionne seulement à coté de la réception, il n’y a pas de petit dej’ mais vous avez accès à une cuisine. Seul bémol il n’y a pas d’eau chaude ou presque. Mais bon c’est un des hôtels les moins cher qu’on ait trouvé, compter 15$ la nuit, et ça suffit largement pour les backpacker.
  • La Posada del Caminante , sur Isabella, Le gérant est vraiment super sympa, les habitations sont parfaites, avec ou sans cuisine, un mini frigo et avec salle de bain privée avec eau chaude. Tous les jours il met des corbeilles de fruits frais à disposition. Il y a le wifi (seulement dans le bâtiment général, pas dans l’annexe). L’hôtel est située un peu à l’extérieur mais seulement à 3 min de la plage et du centre. Ce n’est pas un cadre idyllique peut-on penser mais la gentillesse du gérant et le confort du lieu compense largement pour un prix de 10$ par nuit 🙂
A faire :
  • Station Darwin : Centre d’étude et de recherche sur l’île, vous pourrez observer les différentes espèces de tortues présentes sur l’archipel mais également des iguanes terrestres. Plusieurs pancartes explicatives sur les pinsons et le concept d’évolution bordent le parcours. Entrée gratuite. Se diriger vers la gauche du port (en ayant la mer en face) environ 15 min à pied.
  • Tortuga Bay : Plage de sable blanc et eau tranquille au RDV. Se diriger vers la droite du port, environs 45 min pour arriver sur la première plage (beaucoup de vagues, pas mal pour surfer). Continuer pendant 15min pour arriver sur la seconde abritée du courant. Prévoir eau et nourriture car il n’y a rien sur place.
  • Playa Las Grietas : Prendre un bateau-taxi, juste pour traverser le port (60cents, 3min). Puis suivre le chemin, vous avez une première petite plage sympa où vous pouvez faire un peu de snorkeling. Si vous continuez jusqu’au bout (env 1/4h, nous on l’a pas fait) vous arriverez dans une sorte de crique, d’où l’on peut sauter à partir des rochers (les locaux adorent cet endroit apparemment, mais pas de plage).
  • Pour dinner pas trop cher : Il y a une petite rue bien animée à 2 quadras au dessus du port, en remontant à partir du magasin « Reef ». La circulation est coupée, les tables sont au milieu de la route. Les plats sont bons, copieux et pas trop chers (entre 6$ et 8$).
  • Isla Isabella : snorkeling à la « Concha de Perla ». Compter 10$ pour l’équipement complet (palmes, body, masque et tuba). La « Concha de Perla » se situe à gauche du petit port (en regardant vers l’océan) vous y arriverez en empruntant une longue passerelle en bois à travers une mangrove. Super endroit vous pourrez voir : tortues marines, lobos marinos, raies et une foule de poissons multicolores.
  • Isabella : randonnée vers le « Mur des Larmes ». Longez la plage vers la droite du village, puis vous trouverez l’entrée du sentier. Tout le long de la promenade vous avez des panneaux indiquant des petits coins sympas et des points de vues de part et d’autre du sentier. Vous avez un petit sommet à gravir si vous n’êtes pas trop fatigué quand vous montez au dessus du mur, la vue et belle, vous pouvez voir deux volcans si il n’y a pas trop de nuages.

Prévoyez de l’eau pour arriver jusqu’au mur des larmes il y a 8km.

  • Les tours et les plongées : Si vous n’avez pas tout réservé à l’avance depuis le continent il est possible d’en trouver sur place. Les prix ne sont assez élevés. Ces tours sont intéressants car ils permettent d’accéder aux parties les plus vierges de l’archipel, seulement accessibles par la mer.

Pour les plongées compter à partir de 150$ par plongée (quand vous avez le PADI), sinon il faudra ajouter environ 50$ pour un baptême. Pour les cours, le PADI « Open water » (premier niveau, 4 plongées) coûte environs 650$. En clair passez votre PADI avant de venir aux Galapagos si vous voulez plonger.