Depuis plusieurs mois, nous étions tous les 3 avec Amandine, la filleule de Roxane, très impatients de venir à Tokyo. Nous l’étions encore plus car nous savions que nous viendrions également ici pour participer au « Summer Sonic Festival » accueillant notamment notre groupe fétiche « Muse », rien que ça !
Disposé sur 7 scènes différentes et deux sites dont le stade de l’équipe de base-ball des « Marines », le festival se tient en fait à Tokyo et Osaka où environ 60 groupes viennent jouer en alternance dans les 2 villes et ce sur 3 jours.
Etant habitués des concerts et festivals en Belgique, nous étions très excités de voir comment ça se passait ici au Japon ! Et l’événement a répondu à nos attentes. « Muse » était explosif et en pleine forme, le but était atteint ! Même si musicalement nous n’avons pas fait de grandes découvertes, cette journée au festival nous a montré comment les Japonais y participaient et ça, c’était vraiment très instructif…

Le bilan…

–       Les PLUS +++

  • Le site où se déroulait le festival se situe à 45km de Tokyo, à 40 minutes depuis le centre, relié par un train style RER : trains réguliers, rapides, on nous dépose à 15 minutes à pied du site principal.
  • A la porte d’entrée, trouvée difficilement (voir plus loin), un guichet international pour l’échange des tickets…1 minute plus tard, nous avions notre bracelet au poignet.
  • Des dizaines de personnes travaillant pour l’événement indiquent aux festivaliers à l’aide d’un parlophone comment et où se rendre dans les différentes salles, avant et après chaque concert (L uniquement en japonais).
  • La foule est contenue à travers le site pour éviter un maximum les files.
  • Le plus frappant…il n’y a pas un gobelet, un papier ou quoi que ce soit qui traîne sur le sol. Il y a peu de poubelles et finalement le site est propre (par rapport à chez nous… c’est presque un choc !)
  • L’originalité…que ce soit votre premier ou deuxième jour de concert, vous êtes fatigués ou vous avez mal partout…pas de soucis, ici vous pouvez vous faire faire un massage ou suivre un cours de stretching entre les concerts, excellent non ?
  • Et pour ceux qui veulent écouter un autre style de musique, électro par exemple, il y a cette fameuse « silent disco », scène où un DJ joue pour un public muni de casques, tout le monde danse et saute, au regard étonné ou interrogateur des spectateurs en dehors de la scène…
  • L’enthousiasme, la bonne humeur et l’attitude exemplaire du Japonais. Bon c’est vrai, il n’y a pas beaucoup d’extravagance mais il n’y a pas non plus de violence et c’est loin d’être la beuverie d’usage dans ce genre d’événements chez nous (quoique parfois on est pas contre… J). Le Japonais est assez participatif, se laisse entraîner quand un groupe essaie de faire monter l’ambiance et est totalement fan…des groupes japonais évidemment !!!
  • A la fin du concert, dans un stade de plus de 40.000 personnes, nous sommes sortis en 15 minutes et 25 minutes plus tard nous étions dans le train…assis, en route pour Tokyo. Jamais nous ne pensions arriver à prendre un train aussi vite et confortablement après un festival…

–       Les MOINS – – –

  • Le site n’accueille pas beaucoup d’étrangers mais bon, il n’y a quasi aucune indication en anglais et lorsqu’on s’aventure à demander un renseignement, on nous répond évidemment toujours par l’affirmative sans vraiment nous indiquer de façon précise ce qu’on doit faire  et où nous devons aller.
  • Les prix…comme  dans tous les festivals, tout est cher ! Environ 6 USD pour une bière et 2,50 USD pour un soft. Je ne vous parle pas de la nourriture.
  • Bizarrement, le camping n’attire pas les foules (très peu de tentes, beaucoup de festivaliers rentrant chez eux ou logent dans les hôtels à proximité)
  • Les scènes sont disposées des 2 côtés du boulevard, il faut 1/4h entre les 2 sites, ce qui fait un peu loin pour passer d’une scène à l’autre
  • En plus de la difficulté de passer d’un point à l’autre du site, la programmation fut pour nous très moyenne. Il était impossible de faire l’aller retour d’un site à l’autre pour y voir un groupe sur l’un, puis un groupe sur l’autre. De plus, les têtes d’affiche comme Muse, Pet Shop Boys et 2Doors Cinema Club étaient programmées sur les différents sites exactement aux mêmes heures…
  • Finalement un festival qui manque peut-être un peu d’improvisation, de laisser aller qui fait des festivals de chez nous leur réputation.
  • Ne pas oublier la chaleur…probablement 40 degrés aux heures les plus chaudes…mais bon, les organisateurs n’y peuvent rien !

–       Les moments musicaux :

  • Le premier ne peut pas être un autre groupe que Muse…of course !
  • Le groupe californien « Capital Cities » a enflammé la scène et m’a conquis également, surtout sur le remix de leur tube « Safe and Sound ».
  • Deux ou trois bons morceaux des mancuniens « 1975 »
  • Les découvertes de groupes japonais, surtout « Man With A Mission » avec une belle reprise de Nirvana (Smells Like Teen Spirit)
  • La déception des « Smashing Pumpkins », incapables de nous faire bouger sur leurs morceaux pourtant bien connus…

Au final, nous avons passé une excellente journée et de bons moments ensemble. Au bout du compte, n’est-ce pas finalement le principal ?
Cerise sur le gâteau, nous vous offrons les meilleurs moments du concert de Muse! Le son n’est pas toujours optimal mais bon, j’espère que ça suffira pour vous faire vibrer un peu…
[vimeo http://vimeo.com/72484830]